Prunier myrobolan / prunier cerise

Prunus cerasifera

Cette fois c’est ce petit arbre fruitier qui a croisé mon chemin… Je venais voir où en étaient les noisetiers, et mon regard fût attiré par ces petits fruits rouges. Belle surprise !

Au-delà de l’aspect gustatif de ces prunes bien sucrées, il se trouve que le prunier myrobolan porte l’une des fleurs repérées par le Dr Bach, avant l’apparition des fruits bien entendu. On le connaît un peu mieux sous le nom de Cherry Plum, prunier cerise, du fait de la petite taille des fruits. 

Sous forme d’élixir floral, le prunier myrobolan fait partie des fleurs de la catégorie des peurs. Il est très utile dans les cas où nous avons peur de perdre complètement les pédales, de perdre la tête, ou encore de commettre l’irréparable.  Le Dr Bach écrivait à propos en 1933, dans Les 12 guérisseurs et autres remèdes : « Peur d’avoir l’esprit trop tendu, de perdre la raison, de faire des choses épouvantables et redoutées, que l’on ne souhaite pas et dont on sait qu’elles sont mauvaises, mais on a malgré tout l’idée et l’impulsion de les faire. »

En réalité, cet élixir concerne beaucoup les personnes qui ont un grand contrôle de leurs émotions et de leurs actions. Celles qui, dès l’enfance, ont appris à ne pas laisser paraître certains ressentis, à toujours faire face…Ces situations génèrent une grande pression sous-jacente, qui peut faire l’effet d’une cocotte minute lorsque l’on arrive à saturation ! 

Dans un état extrême de Cherry Plum, il peut y avoir un risque suicidaire, qui nécessite évidemment un accompagnement médical urgent. 

La fleur du prunier myrobolan va donc nous aider à retrouver notre calme et notre sang froid, à trouver le courage de faire face sans se renier. Grâce à elle, nous acceptons mieux nos sentiments, et nous pouvons trouver un canal pour les exprimer sans les subir. 

Cette fleur fait également partie des 5 fleurs du complexe d’urgence, le rescue, fort utile en cas de crise immédiate (traumatisme, mauvaise nouvelle, grand stress…). 

Le prunier myrobolan n’est pas vraiment utilisé en phytothérapie par ailleurs. Il semblerait toutefois que le fruit renferme un polyphénol qui agirait sur l’anxiété, mais cela appelle à être confirmé par d’autres études plus poussées. Je trouve toujours intéressant que les fleurs de Bach finissent par ouvrir une piste de recherche sur le plan chimique, alors qu’elles sont sélectionnées pour leurs propriétés vibratoires ! Comme quoi, tout n’est pas noir ou blanc, il y a de multiples teintes dans la nature.